Cornwall SDG : là où l’Ontario a commencé

À toi le curieux et le passionné d’Histoire : On a le choix veut te faire découvrir sa région d’adoption au Canada. Cornwall SDG, c’est là où l’Ontario a commencé pour nous. Mais remontons encore plus loin, aux origines de la province. En route vers l’évènement commémoratif 1784.
Loyalistes 1947 - Où commence l'ontario

De Williamstown à Cornwall : un rendez-vous unique dans le parc Lamoureux

La visite du Sir John Johnston Manor House à Williamstown nous a donné le goût d’aller plus loin.

Pour être tout à fait honnête, l’Histoire n’était pas ma matière favorite à l’école. Je m’endors facilement quand ça devient poussiéreux et je préfère vivre le moment présent. La philosophie, la psychologie, la sociologie, c’est quand tu veux pour un bon bouquin. Mais s’il s’agit d’évoquer des temps immémoriaux, Il faut attirer mon attention de manière plus interactive qu’avec un livre.

Nous avons donc eu une belle opportunité d’en découvrir plus sur la région puisque la société historique de Stormont Dundas et Glengarry organisait quelques jours plus tard l’évènement commémoratif 1784.

Rien de mieux que les rencontres. Nous avons parlé à Brent Whitford, l’organisateur de cette célébration adaptée à toute la famille dans le parc Lamoureux. « C’est la deuxième fois qu’on organise l’évènement 1784. La deuxième fois, c’était durant l’été de 2022… On a décidé d’essayer de faire ça tous les deux ans. Maintenant, on n’est pas trop sûrs, peut-être aux cinq ans, mais ça fait depuis le mois de novembre qu’on organise cet évènement. »

Nous avons tout de suite pu voir l’implication de Brent et de toute l’équipe. « On a à peu près vingt et un participants dans ce qu’on appelle notre village du patrimoine qui inclut la société Historique des Lost Villages, à Long Sault, la John Johnson Manor House de Williamstown. On a the Native North American travelling College qui vient d’Akwesasne Travel, Les filles du Roy, vraiment plusieurs… »

Les Premières Nations et les filles du Roy

Tout a commencé en 1784, avec l’arrivée des loyalistes. C’est ce qu’on aurait tendance à croire. Cependant, il ne faut pas oublier que les terres appartenaient avant tout aux Premières Nations de la région, les Indiens de Saint-Régis, aujourd’hui appelés les Mohawks d’Akwesasne.

Ensuite, mentionnons les filles du Roy et la Nouvelle-France. Entre 1663 et 1673, le roi Louis XIV fait venir de France environ 800 jeunes femmes qui doivent se marier et fonder une famille afin de coloniser le territoire. C’est une augmentation de la démographie en échange d’un monopole sur la traite des fourrures. L’objectif est également de rétablir la parité entre les sexes.

Nous parlons avec Christine Landry Matamoros de la Société d’histoire des Filles du Roy. Elle incarne Françoise Encelin : « J’arrive à Québec en 1669, j’arrive avec une dot du roi de 50 livres. Et comme mon père est décédé, il était marchand, j’apporte aussi avec moi 200 livres en dot et j’ai l’intention de rencontrer un époux ». Comme le précise son acolyte, Esther Ross, « c’est l’espoir » qui a amené les filles du Roy.

Elles sont vraiment dans leur rôle, on sent que ce sont des passionnées. Christine me mentionne que ces femmes ne sont pas assez représentées dans les livres d’Histoire, malgré le courage et le travail dont elles ont fait preuve.

L’arrivée des loyalistes en 1784

Après la guerre d’indépendance américaine, sont arrivés des réfugiés qui souhaitaient rester fidèles à la Couronne britannique. Ces loyalistes ont débarqué sur les rives du fleuve Saint-Laurent, à New Johnstown (aujourd’hui Cornwall). Ils ont ensuite acquis des terres dans les comtés environnants de Stormont Dundas et Glengarry.

Comme nous l’expliquions aussi dans notre reportage sur Williamstown, des Écossais qui fuyaient la grande dépression en Europe se sont établis dans la région en 1786. C’est Frederick Farrokh qui assure avec brio l’entrevue en français : « Les loyalistes sont arrivés après avoir fait face à un voyage extrêmement difficile ».

Les représentants du 8th The King’s Regiment of Foot sont très sympathiques et nous montrent le mode de fonctionnement de leurs armes sous une tente, à l’abri de la pluie battante. Ils ont livré un spectacle impressionnant.

1784 et l’anniversaire de Cornwall SDG : un évènement de partage

Brent, quant à lui, est satisfait de la réponse du public, même si le temps ne jouait pas en sa faveur.
« C’est un évènement quand même assez spécial qu’on voulait aider à commémorer et à partager avec tous les gens de la région. Je suis vraiment content, même avec la température un peu mauvaise, on a quand même reçu, proche, je crois, de 2000 visiteurs durant la fin de semaine. Je crois qu’on a réussi à partager notre message. »

Nous n’avons pas eu la chance d’interviewer les représentants d’Akwesasne, mais nous avons pu conclure avec eux en musique. Quoi de mieux ? Je suis bien d’accord, c’était un évènement unique en son genre où chacun a pu raconter son histoire et c’est ce qui nous plait avec On a le choix. Bravo pour cette organisation !

Facebook
X
LinkedIn
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut
Presque terminé ! 75%

Voir les choses en grand !

Allez voir au delà de vos limites, pour élargir votre horizon.

et découvrez 5 conseils précieux pour vous rapprocher de votre vie idéale

Vidéo
download pdf, pdf